Peux tu nous présenter ton parcours ? 

 

J’ai quitté l’école en 1986 avec un BEP Aide Comptable Mécanographe en poche, après une année de travail j’ai repris mes études par les biais de cours du soir pour passer le BAC et obtenir, en 1994, tous les diplômes menant à l’expertise comptable. J’ai préféré ne pas soutenir mon mémoire et partir car je n’aimais pas l’état d’esprit de cette corporation. Après 3 ans d’expériences en qualité d’Expert Comptable stagiaire j’ai travaillé dans un groupe d’entreprises  qui recherchait un Directeur Financier. De 1997 à 2005 j’y ai travaillé en tant que salarié puis j’ai racheté l’entreprise et cela jusqu’en 2012. Suite au décès d’un de mes fils j’ai décidé de tout arrêter et je suis parti me ressourcer au Maroc. Après une année sabbatique j’ai commencé à y travailler comme salarié ensuite j’ai installé mon cabinet en 2015 en m’associant avec un ami  spécialisé en droit des sociétés puis je suis rentré en France en 2018. 

De retour en France, j’ai rapidement trouvé du travail au Mans mais conscient des lacunes que j’avais développées en droit comptable, en droit fiscal et en droit social, j’ai décidé de rejoindre un cabinet d’expertise en tant que chef de mission ; c’est alors que je me suis rendu compte que le métier avait changé. Cette expérience m’a permis de me remettre à niveau et de découvrir de nouvelles technologies de saisies. Néanmoins je ne m’épanouissais pas dans cette mission  alors quand on m’a proposé une rupture conventionnelle durant le confinement, j’ai accepté.    

J’ai recherché du travail et l’été dernier j’ai eu connaissance de l’offre de poste de SCOP276 qui correspondait à ce que je recherchais. J’ai donc commencé à travailler ici le 24 août.

Quels sont tes missions au sein de SCOP276 ? 

 

Je suis Gestionnaire Administratif Comptable et Paye, je m’occupe donc de la comptabilité de la coopérative en elle-même, mais je m’occupe également de la comptabilité analytique de tous les entrepreneurs salariés. 

C’est là que je trouve mon épanouissement. Ici, je peux apporter mes connaissances et mon expertise à une cinquantaine d’entrepreneurs salariés qui grâce à leur savoir faire ont réussi à créer leur activité mais qui n’ont pas les compétences, les connaissances, ni forcément les moyens ou l’envie d’aller chez un expert comptable indépendant. 

A ce jour, cela fait un peu plus d’un mois et demi que je travaille dans la SCOP et j’y ai découvert exactement ce que j’attendais. Je suis très satisfait et épanoui. À côté de ma mission principale, j’anime également des ateliers où avec mes mots j’essaie de faire comprendre aux entrepreneurs le savoir-faire de mon métier pour les aider à mieux comprendre leurs chiffres.

L’esprit coopératif me va à ravir, et pour l’anecdote la mission que j’ai ici rejointe correspond au  mémoire que j’avais préparé entre 94 et 98 et qui me fut refusé de soutenir parce qu’il était trop social. 

A l’époque le statut d’auto-entrepreneur n’existait pas, les coopératives existaient mais pas comme elles le sont aujourd’hui. A l’époque mon idée était de créer au sein des cabinets d’expertises comptables une cellule « bénévole » pour aider les porteurs de projets durant les deux premières années de leur création.  Ce qui était encore il y a plus de 20 ans dans l’imagination de quelques-uns alors que l’on se demandait comment aider les gens à créer leur propre activité  faute d’embauche est aujourd’hui dans l’air du temps.